Si j’ai de la chance aujourd’hui, je pourrai continuer mes cadeaux, il reste Filou, et mes trois nièces. Pour elles, j’ai déjà trouvé quelque chose, mais il me faut mettre ce quelque chose dans des cadres. Mais je te l’ai déjà dit le premier décembre, ce sont trois trèfles à quatre feuilles pour leur porter bonheur. Il reste aussi papa, un pot de miel, ou une autre gourmandise, et mes grands parents, une couverture. Je descends dans la vallée aujourd’hui encore, et ça jusqu’à ce que j’ai tout trouvé.
Sur mon chemin, je reconnais mon ami l’Ours, tu te souviens il voulait être un homme ? Je suis content de le revoir, il a l’air dans les nuages.
– bonjour l’Ours, tu sembles bien pensif.
– je réfléchis, ça fait neuf jours exactement que je réfléchis.
– au même endroit ?
– ouais !
– ben dis donc, tu vas prendre racine, haha !
– c’est pas rigolo !
– bon, ça va j’arrête, je vais plutôt t’aider, car apparemmment tu n’as pas trouvé de solution.
– depuis le premier décembre, je me suis rendu compte que je n’avais aucune idée pour faire des cadeaux de Noël à ma famille.
– ben moi, j’y suis en plein dedans. Il me reste à compléter ceux de mes nièces, mon frère, mon papa, et mes grands parents. Mais j’ai tout planifié, il faut seulement que j’aille les chercher.
– t’as bien de la chance !
– j’ai une idée, aujourd’hui je descends dans la vallée pour compléter ma liste, viens avec moi, tu n’auras même pas à réfléchir, quand tu verras tout ce qu’on peut trouver, les idées viendront toutes seules.
– super, je te suis…
J’ai ma couverture pour mes grands parents, elle est toute douce et assez grande pour qu’ils se réchauffent tous les deux. J’ai aussi mes trois cadres, ils sont tous différents et ça ne sera que plus beau dans leur terrier. Et mon ami Ours il a tout trouvé ! Il est trop beau à voir, si content, si soulagé, et aussi très chargé, il doit avoir une grande famille.
– comment te dire merci Koukïn ? Tu m’as sauvé la mise, je n’ai plus à réfléchir, ça me fatiguait tant.
– de rien, mais je suis presque à le regretter un peu.
– t’es pas gentil, je venais juste de te remercier.
– non, je plaisante, j’étais en train de penser à ta mine que tu avais ce matin, tu étais trop marrant, appuyé sur ton tronc d’arbre, l’air complètement hagard.
– si ce n’est que ça, je peux te le refaire tant que tu veux !
– super, allez tu commences tout de suite ?
– regardes !
– haha !!!

Crédit photo : Clo Lachat

Publicités