Je suis parti comme à mon habitude ce matin, il faisait un grand soleil, mais des nuages pointent à l’horizon. Pas question de rester enfermé, s’il pleut, je trouverai bien un abri.
Pas plus d’une heure plus tard, alors que je faisais le fou dans les feuilles mortes, la pluie se met à tomber. C’était à prévoir, bon, il faut que je me mette a l’abri. La forêt est trop loin, je serais trempé avant d’y arriver. J’aperçois une grange, parfait pour y passer quelques heures. En plus je vais la visiter, ça va m’occuper un bon bout de temps.
Je n’ai eu aucun mal pour trouver une entrée. Elle est immense cette grange, des recoins de partout, et une foule de chose à explorer. Tiens, des bottes de foins, ça me rappelle le Chaton que j’ai vu en train de dormir dans les Alpes. Là des tonneaux, ils sont pleins, sûrement du vin, mais pas question d’y goûter, je tiens trop à avoir les idées claires, pas comme les Canards et les Poules… Et là des tonnes de pommes, je vais en prendre une, bonne idée pour quelqu’un, mais chut, c’est un secret.
Oh, mais…
– attention ! Ne bouge plus !
– quoi ?
– surtout ne fais plus aucun pas, j’arrive.
– ok, mais fais vite, j’ai trop faim.
Je viens de voir une petite Souris, trop mignonne, elle est en train de se faire piéger. Je cours la sauver du piège qui est posé avec un bout de fromage.
– voilà, je suis là, tu ne vois pas ce qui est devant toi ?
– parfaitement, je vois très bien un bon bout de gruyère.
– oui, mais si tu y touches, tu vas être écrabouillée par un piège.
– c’est quoi un piège ?
– c’est un système qui attire les gourmandes comme toi, et lorsqu’elle pose une patte sur le bout de bois, un mécanisme fait de fer, se referme sur toi, et non seulement tu ne pourras pas manger le fromage, mais en plus tu ne pourras plus du tout bouger, coincée sous la ferraille.
– hou, là, là. Quelle chance que tu m’es prévenu. Et tu as une solution pour que je puisse manger ce délicieux fromage ?
– oui, t’inquiète, regarde.
Je prends un bout de bois, je m’approche du piège, et à l’aide du bois j’actionne le piège. On entend un grand « clac » et il se referme sans que personne n’y soit prisonnier.
– tiens voilà, tu ne risques plus rien.
– oh, merci Renard, je n’oublierai jamais que tu m’as sauvé la vie. Mais pourquoi ça existent les pièges ?
– ah, ça, c’est l’œuvre des hommes. Il n’aiment pas trop les souris.
– ah bon, et pourquoi ?
– ils trouvent que les souris sont un peu gênantes. Mais t’inquiète pas, je t’aime moi.

Photo trouvée sur internet sans crédit

Le Piège à Souris

Le Piège à Souris

Publicités