Je suis de très bonne humeur, c’est souvent le cas, mais aujourd’hui, c’est vraiment beaucoup. Je pense que le temps y est pour quelque chose, il fait toujours aussi beau, toujours aussi chaud. Le soleil est un puissant atout de joie de vivre, il la transmet à toute la planète, et aujourd’hui tout ce que je vais rencontrer sera aussi d’excellente humeur, belle journée en perspective…
Je vois très vite beaucoup d’agitation dans tous les coins, alors qui vais je choisir comme compagnon pour la journée ? Ce sera des Oiseaux, j’en aperçois cinq dans le pré, tout à côté de la mare, c’est eux que je choisis, je cours à toute allure à leur rencontre avant qu’ils ne s’envolent.
– bonjour bels Oiseaux, ça vous direz de passer la journée avec moi ?
– bonjour Koukïn, oui, super idée.
– parfait, alors je vous propose un jeu, vous êtes d’accord ?
– allons y pour jouer. Et on va jouer à quoi ?
– une course, ça vous direz ?
– oui, ça nous va très bien.
– mais il y a des règles pour cette course. On part tous ensemble sur une ligne de départ, on court tous ensembles, mais à pied, pas question que vous voliez, car je serais perdant à coup sûr.
– ok, ça nous va.
Nous nous mettons sur la ligne de départ, je donne le top en comptant à rebours : 5 – 4 – 3 – 2 – 1 – Partez !
Tous ensembles on s’élance, les Aigrettes commencent à courir avec leurs deux pattes, moi avec les quatre miennes. Une prend un peu d’avance, une autre la suis de près, moi tout de suite derrière et les trois autres en bout de course. Tout semble se dérouler à merveille, quand juste devant nous une clôture, faite de poteaux en bois et de fil de fer, nous bouche le passage.
Comment contourner cette clôture pour continuer la course ? Elle est trop haute pour que je puisse sauter. Je sens que la course va se terminer là. Ben pas du tout, mes cinq Aigrettes ouvrent leurs ailes et s’envolent par dessus la barrière !
– eh là, mes amies, vous avez triché !
– mais pas du tout, il fallait bien passer par dessus cet obstacle.
– on avait dit pas d’envol, c’est pas équitable, d’ailleurs je suis derrière la barrière, et vous grâce à vos ailes vous êtes de l’autre côté.
– t’avais qu’à avoir des ailes !
– ben voyons, super simple ! Et dire que j’étais de très bonne humeur…

Crédit photo : Clo Lachat

La Course avec les Aigrettes

La Course avec les Aigrettes

Publicités