Je dormais profondément quand je sens que quelqu’un est tout contre moi. Il semble dormir car j’entends sa respiration régulière. Qui est entré dans mon terrier, et s’est endormi près de moi ?
Je me tourne tout doucement pour pas le réveiller, afin d’apercevoir le petit intrus. Pauvre petit chou, c’est un Marcassin. Comment est il arrivé ici ? J’attends qu’il se réveille et je saurais tout.
Quelques minutes plus tard, il commence à bouger, à s’étirer et à se réveiller en baillant, qu’il est mignon…
– bonjour, petitou, tu es arrivé comment dans mon terrier ?
– bonjour Koukïn, je vais te raconter. Hier, je promenais avec ma maman, mes frères et soeurs, quand on a entendu des bruits effrayants. Pan ! Pan ! Pan ! Tout le monde a eu très peur, on est tous parti en courant dans tous les sens. Quelques heures après, je me suis aperçu que j’étais seul. J’ai erré toute la journée, et la soirée. Puis la nuit est arrivée, j’ai eu très peur, seul dans le noir. Enfin j’ai vu un trou dans la terre, j’ai senti que quelqu’un était à l’intérieur, je suis entré, et je t’ai vu et reconnu. J’étais épuisé, et quand je t’ai trouvé je me suis endormi contre toi, bien au chaud, mais surtout en sécurité.
– mais tu as très bien fait. Je crois savoir d’où venaient ces gros bruits, ce sont des chasseurs. Ah, ils font bien du mal ceux là. T’inquiètes pas, je vais trouver une solution pour toi.
– tu crois que tu vas trouver ma famille ?
– je ne sais pas, en tout cas, je suis sûr que je vais bien m’occuper de toi.
– si tu ne la trouves pas, je resterai avec toi ?
– viens, suis moi, je verrai au fur et à mesure une bonne solution.
On a fouillé toute la région, de long en large, de haut en bas. Pas de famille Sanglier, pas de maman, frères, soeurs Sanglier, je regarde mon petit ami, et dans ses yeux je peux lire toute la tristesse du monde.
– oh, pauvre bébé, ne t’en fais pas. Comme je t’ai promis, je trouverai un refuge pour toi. Et justement il me vient une idée, je vais te présenter à une famille d’accueil. Je connais une ferme qui a des Cochons, je suis sûr qu’ils t’hébergeront.
On court vers cette ferme, je me dirige droit dans l’enclos des Cochons, une maman nous accueille. Je lui explique ce qui est arrivé au Marcassin.
– oh, pauvre petit bout, viens avec moi, je viens juste d’avoir des bébés, et un de plus ne fera aucune différence.
– merci gentille Truie ! Tu vois je t’avais promis que de bonnes choses, voilà ta nouvelle maison, tu vas être très heureux là. Tu seras chouchouté, nourri et surtout en sécurité.
– merci Koukïn, tu viendras me voir de temps en temps ?
– ça c’est sur, tu peux compter sur moi.
– et tu veux être mon parrain ?
– et oui, je veux bien, mais il faut que je parte maintenant, il faut que je note ça au plus vite dans mon petit carnet. Un nouveau filleul, quelle chance !

Crédit photo : Roland Dallanoce

L'Adorable Petit Marcassin

L’Adorable Petit Marcassin

Publicités