Je suis resté avec grand père toute la journée. Je lui ai raconté toutes les histoires de la famille, il était trop content que tout le monde aille bien. Il a promis de revenir bientôt et il est parti avec une petite larme à l’oeil… Ha, la famille !
Je suis parti de bonne heure pour faire ma ballade, mais je ne sais pas trop ce que je ressens, une espèce de malaise, c’est bizarre comme sensation. Une sorte de crainte de quelque chose de pas très agréable. Enfin on verra bien…
Quelques minutes plus tard, je n’allais toujours pas bien, et décide de rentrer dans mon terrier, j’ai envie de dormir pour faire passer cette journée au plus vite.
Oh ! Mon terrier ! Qu’est il arrivé ? L’entrée est bouchée par un éboulis de pierres. Je ne peux plus rentrer chez moi, quel malheur.
J’appelle au secours très fort. Tous mes amis vont reconnaitre mon appel, et vont arriver d’un moment à l’autre. C’est Loupiot et Filou qui arrivent les premiers.
– Koukïn ! Qu’est ce qui t’arrive ? Tu as l’air bien malheureux.
– retournez vous, regardez mon terrier, il est bouché par une chute de pierre.
– oh, mais c’est pas grave, t’en fais pas, on va t’en trouver un autre.
– c’est gentil, mais il y a tous mes souvenirs dans ma maison.
– ça aussi, c’est pas grave, ce ne sont que des objets.
– des objets qui ont beaucoup de valeur pour moi. Quand je les regarde, ils me rappellent tant de bons souvenirs.
– alors, je ne vois qu’une solution, on va déboucher ton entrée.
– comment faire ?
– avec tous les amis que tu as, ça va pas être difficile. Partons tous les trois de chaque côté à la recherche d’aide.
Pas plus d’une heure après, ils sont tous là, Chance et Joyeux qui grattent très fort avec leur pattes. Les Chèvres qui dégagent les pierres avec leur cornes. Le Vaches qui les aident avec encore plus de force. Les Poules et les lapins qui font office de chefs de chantier. Et beaucoup d’autres qui aident du mieux qu’ils peuvent.
– voilà Koukïn, ton terrier est à nouveau accessible.
– un grand merci mes amis ! Jamais je n’y serais arrivé sans vous.
– et toi, combien de fois tu nous a aidé ? On considère ça comme une chance d’avoir pu te secourir.
– comme tout est bien qui fini bien, on fait une fête ? Allez, tous dans mon terrier !

Photo trouvée sur internet sans crédit

Koukïn est Malheureux

Koukïn est Malheureux

Publicités