Je suis réveillé par un rayon de soleil pointé sur un de mes yeux, c’est bien agréable, et ça promet une journée ensoleillée. Vite je saute hors de mon terrier et cours vers une nouvelle aventure.
Je m’arrête un instant pour écouter les bruits autour de moi, à l’affut du moindre son qui me prouverai que quelqu’un rode. Mais rien, tout est silencieux, j’écoute à deux fois, histoire d’insister, et j’entends quelque chose droit devant moi, vite, je fonce pour ne rien rater, je cours aussi vite que je peux.
– héla, ça va pas bien de courir si vite, tu as failli détruire ma maison !
– quelle maison ? Et puis je ne vois personne, il doit y avoir quelqu’un, puisque ce quelqu’un me parle.
– alors, tu vas bien m’écouter, tu vas te retourner doucement, tu va t’assoir, et ne plus bouger. Moi par contre je vais remuer et tu me verras.
– ah ! Je te vois ! Tu es minuscule, qui es tu ?
– je suis une Araignée, tu n’en as jamais vu ?
– non, je ne crois pas. Ou tout du moins j’ai pas vraiment fait attention. Mais tu es posé sur quelque chose que j’ai déjà vu. Des centaines de fils allant d’une branche à une autre.
– ces centaines de fils, c’est ma maison !
– ta maison ? Mais où est le toit ?
– quel toit ?
– toute les maisons ont des toits, pour se couvrir quand il pleut.
– quand il pleut je descends de ma toile et m’abrite, il y a tant d’endroits faciles à trouver, sous une feuille, dans un trou, sous une pierre… La liste est longue, mais je passe le plus clair de mon temps ici. Et tu as failli tout détruire en courant comme un fou.
– je suis désolé, mais j’avais entendu un bruit et je voulais vite voir qui c’était. Tu as entendu toi aussi ?
– ben oui, puisque c’était moi.
– ah, bon, et quel bruit faisais tu ?
– je tapais dans toutes mes pattes, et il y en a ! Huit au total, ça en fait du bruit.
– et pourquoi tu tapais dans tes pattes ?
– pour me féliciter de ma nouvelle maison que je viens juste de finir de construire.
– au fait, tu as pensé au décor ?
– quel décor ?
Je lui raconte alors, ma rencontre avec le Poulpe, qui m’a appris comment décorer sa maison. Elle est ravie de tout ce que je lui enseigne en art de décoration de maison.
– et, dis moi, l’Araignée, quand tu auras fini ton décor, on pourra apercevoir ta maison, et personne ne risquera de la détruire.
– tu es filou toi !
– non, moi je suis Koukïn, Filou c’est mon frère.

Crédit photo : Noémie Fromy

La Drôle de Maison de l'Araignée

La Drôle de Maison de l’Araignée

Publicités