Dès le lever du jour, je cours dehors, prends un rapide petit déjeuner, car j’ai hâte de retrouver les miens. Plus vite je serai parti, plus vite je les retrouverai. Direction la forêt, c’est là que j’ai le plus de chance de les apercevoir.
J’entends des petites cloches derrière ce fourré, c’est peut être des Vaches, hum ! Du bon lait, j’en ai l’eau à la bouche. Mais à réfléchir un peu, les vaches portent des grosses cloches, là c’est sur que c’est des petites clochettes, elles font un petit son clair, qui ça peut bien être ?
Des Chèvres ! Trois petites Chèvres trop mignonnes, qui hissent leur cou le plus possible pour manger les belles feuilles tendres d’un arbre.
– bonjour mesdemoiselles, vous n’êtes que trois ?
– oui, que trois, et on est les plus gourmandes du troupeau.
– ça se voit, et où est le reste du troupeau ?
– ben, on sait pas trop.
– comment ça vous ne savez pas ?
– on était toutes ensembles quand on a vu ce bel arbre aux feuilles délicieuses. Alors on s’est arrêté, et depuis on mange.
– et vous ne vous inquiétez pas de savoir où sont vos copines ?
– ben, non, on mange, c’est tout, c’est l’essentiel. Les copines on verra plus tard.
– mais vous savez que la nuit une fois tombée, vous n’y verrez plus rien, alors comment vous allez les retrouver ?
– ben, tu nous amèneras !
– ben voyons, c’est ça !
– comment c’est ça, tu nous ramèneras pas ?
– mais oui, nigaudes, bien sur, mais c’est imprudent se s’éloigner du troupeau.
On a fait des dizaines de chemins pour retrouver les autres Chèvres, et rien, pas le son d’une seule clochettes. La nuit tombe et c’est bien ce que je craignais, les trois biquettes vont devoir dormir à la belle étoile.
– on a si peur Koukïn, tu vas pas nous laisser dis ?
– meu non, je vais veiller sur vous toute la nuit, et demain on ira tout près de ce fourré où je vous ai trouvé, le troupeau y passera surement. Allez bonne nuit, ne vous inquiétez pas.

Crédit photo : Béatrice Bianchini

Les Trois Chèvres Gourmandes

Les Trois Chèvres Gourmandes

Publicités