Bon, c’est pas tout, mais il faut que je déniche mon Vautour, il doit bien être quelque part, je retourne dans le grand pré. Hier, j’étais trop affairé avec les insectes, pour avoir oublié de scruter le ciel, je n’ai pas pu voir un seul Oiseau voler et l’appeler. Aujourd’hui j’aurai surement plus de chance, car j’y vais exprès.
Pour arriver au pré, il faut que je passe par la forêt, je vais marcher tout en regardant en l’air, dans les arbres je pense que quelques Oiseaux y seront perchés.
Je regarde d’arbres en arbres, chaque branche, chaque trou, je n’en vois pas un seul encore, quand tout à coup, un battement d’ailes vient à mes oreilles, ça y est, un Oiseau en perceptive, et je le vois, il est grand, des yeux puissants, deux petites oreilles de chaque côté de sa tête, des serres bien agrippées à la branche où il se tient, majestueux.
– bonjour, tu vas peut être m’aider.
– bonjour Koukïn, content de te voir, je t’écoute.
– je cherche un Vautour, Céleste exactement, tu ne l’aurais pas croisé ?
– Céleste, non, pas vu depuis longtemps, tu as besoin de lui ?
– oui, je dois faire un long voyage dans quelques jours, et il peut m’y emmener, comme il l’a fait pour me conduire en Afrique.
– en Afrique ? Tu es allé en Afrique !
– oui, et là mon projet est d’aller dans les Pays du Grand Nord.
– ah oui, le Groenland, la Sibérie, la Finlande, la Suède, la Norvège, le Canada peut être aussi, enfin je dis peut être, car c’est très loin le Canada, mais par le Groenland, tu peux y arriver.
– hou, là, là, tu connais tous ces pays ?
– non, je n’y suis jamais allé.
– alors comment tu les connais ?
– je lis beaucoup, des romans, des contes, des livres d’histoire, mais surtout des livres de Géographie.
– ben, dis donc, quel savant, et ça te dirait pas d’aller visiter tous les pays que tu connais par les livres ?
– non, ça ne me dit rien du tout.
– excuses moi d’insister, mais tu pourrais voir de tes yeux tous les paysages et tous les animaux qui vivent dans le monde.
– non, je t’assure, les livres sont pour moi un vrai voyage, un vrai régal, ça me suffit amplement.
– si tu veux, pour faire plus connaissance, je peux te raconter des histoires.
– ah ! Ça je veux bien, écouter des histoires, c’est comme des livres qui deviennent vivants.
– quelle belle comparaison, je vais donc te raconter mes aventures sur le continent africain, et quand je reviendrai des Pays du Grand Nord, je te raconterai mes aventures de là bas.
– oh, merci Koukïn, vas y, je t’écoute, regardes, mes oreilles sont dirigées droit vers toi…

Photo trouvée sur internet sans crédit

Le Grand Duc Savant

Le Grand Duc Savant2828

Publicités