La journée a été magnifique hier, un Cerf qui a bramé pour m’appeler, c’était génial ! Comme promis je vais dans le prè aujourd’hui, il faut que je vois le ciel en entier, je rencontrerai sûrement un Oiseau, pour lui demander s’il n’a pas vu Céleste.
Le pré, je le vois en contre bas, il est immense, l’herbe est toujours verte malgré cette chaleur, la nuit apporte toute sa fraicheur pour le reverdir, et qu’il reste vert toute la journée. Il doit y avoir une multitude d’insectes dans ces herbes, et si j’en cherchais un ? Bonne idée !
Il y a un choix fou, des Fourmis, des Abeilles, des Guêpes, des Hannetons, des Lucioles, des Sauterelles. Oh elles sont marrantes, ces Sauterelles, elles sont posées quelque part, ne bougent pas un brin, et dès qu’on s’approche un peu elles font un bon de géant.
Tous sont très affairés à leurs tâches quotidiennes, les uns cherchent leur chemin, d’autres butinent, d’autres mangent en faisant de grand « gloups », quels goulus ! Puis j’aperçois, tout seul, sur une feuille, un autre insecte, il est bien isolé le pauvre, et semble un peu triste d’être tout seul, il a deux pinces à l’arrière de son corps, et deux superbes antennes plantées sur sa tête, je vais aller le voir pour lui tenir compagnie.
– bonjour insecte à pinces, tu veux discuter une peu avec moi ?
– oh, oui, j’en serais très heureux, car pas beaucoup ne m’aime.
– pauvre bouchon, et pourquoi ça ?
– je crois qu’ils ont tous peur de mes pinces.
– ah, et pourquoi ça, tu pinces avec tes pinces ?
– non, pas du tout, elles me servent à attraper plein de choses.
– alors pourquoi ils ont peur ?
– à cause de mon nom, peut être.
– et c’est quoi ton nom ?
– je suis un Pince Oreille.
– hou, là, là, Pince Oreille ! Et tu ne pinces pas des oreilles ?
– non pas du tout.
– écoute bien, tu voudrais te faire des amis, et surtout des insectes ?
– oui, exactement, surtout des insectes, ils sont de la même taille que moi pratiquement.
– alors, saches que les insectes n’ont pas d’oreilles, alors aucune chance que tu ne les pinces.
– mais comment n’y ai je pas pensé avant, c’est vrai tu as raison, aucun insecte n’a d’oreille, mais toi, tu en as, et en plus très longues, de quoi les pincer aisément.
– oui, mais tu oublies une chose.
– vas y, dis moi laquelle.
– je n’ai pas peur que tu me pinces.
– ah, et pourquoi donc, tu n’as pas peur ?
– tout simplement parce que tu es super gentil, ça se voit à ton regard, tu as un regard tendre et doux.
– trop gentil, c’est toi qui trop gentil, à me dire tout ça.
– toi aussi tu es trop gentil, et entre trop gentils que nous sommes, on va super bien s’entendre !

Photo trouvée sur internet sans crédit

Le Gentil Pince Oreille

Le Gentil Pince Oreille

Publicités