Je suis parti ce matin en laissant mon petit ami Fennec devant la porte de sa maison, il avait l’air si triste, je lui dis de ne pas l’être, on se retrouvera surement un jour, c’est comme ça les amis, ils se revoient toujours un jour, n’empêche qu’il m’a fait de la peine en le quittant, si bien que j’ai oublié ma carte, je suis complètement perdu, mais je ne m’inquiète pas, je vais trouver quelqu’un qui m’indiquera le chemin vers la mer.
Il est temps de manger et de me désaltérer, j’aperçois l’endroit idéal pour ça, une petite mare et des arbustes pleins de fruits, et pour couronner le tout, j’entends des chants mélodieux, je crains fort que ce soit des Oiseaux, chic ! En plus je les reconnais, se sont de Perruches. Qui de mieux que des Oiseaux pour m’aider à me guider vers les rivages.
– bonjour les filles !
– bonjour toi aussi.
– je suis heureux de vous rencontrer, je ne pouvais rêver mieux pour trouver ma route.
– et où tu veux aller ?
– vers la mer.
– ok, on va te dire ça, mais tout d’abord, il faut qu’on finisse notre discussion entre nous.
– faites mes chéries, pendant ce temps je vais manger et boire.
La conversation dure des heures, et ça parle de ci, ça parle de ça, sans oublier ceci, et surtout pas cela… Quelles pipelettes ! Mais elles ne s’arrêteront donc jamais ? Bon, je vais faire une petite sieste, histoire de les laisser encore quelques heures à bavarder, et bien elles en ont des choses à se dire.
Je me réveille quelques heures plus tard, et devines par quoi ? Leur papotage ! Mais elles ont tant de choses à se raconter ? Bon il va falloir les interrompre, il faut que j’y aille.
– bon, les pipelettes, je ne voudrais pas vous déranger, mais j’ai besoin de votre aide pour trouver la route qui mène à la mer.
– oh, mille excuses, mais ça fait tellement longtemps qu’on s’est pas vu, on a des milliers d’histoires à se raconter, bon, pour la route, ça va pas être difficile, on y va nous aussi, tu n’auras qu’à nous suivre.
– mais c’est super ça, merci bien, et ne vous inquiétez pas, je ne vous en veux pas du tout, je sais trop ce que c’est de parler, car moi aussi j’adore les histoires, et j’en connais des tas.
– des tas ! Oh, mais c’est super génial, allez racontes…
– heu, on peut y aller maintenant, je vous en raconterai quand on sera arrivé.
– allez on part tout de suite, trop hâte d’arriver et de t’écouter…

Photo trouvée sur internet sans crédit

Les Perruches Bavardes

Les Perruches Bavardes

Publicités