Après la journée d’hier, où je n’ai pas pu faire mon brin de causette comme je voulais, je sais où trouver quelqu’un qui adore parler, pour ça direction la ferme.
Et arrivé à la ferme je vais tout droit retrouver mes copines les Chèvres.
Je les aperçois, et il y en a trois, et un Chevreau en plus, quelle veine !
– bonjour les copines.
– bonjour Koukïn, je suis contente de te revoir.
– moi aussi, Barbikette, d’ailleurs j’ai choisi de venir vous rendre une petite visite, tant j’aime être avec vous. Et comment va ton amie qui s’était coincée la tête ?
– tu ne la vois pas ? Elle est perchée tout en haut du tas de foin !
– ah, ça ne m’étonne pas.
– et son bébé l’attend, c’est ce petit Chevreau que tu vois là près de moi.
– qu’il est mignon, et comment vas tu petitou ?
– ze vais bien, mais ma maman fait toujours que des bêtises, z’ai peur pour elle.
Ça c’est le monde à l’envers, un enfant qui a peur pour sa maman qui fait un peu trop la fofolle.
– t’inquiètes pas bébé, elle sait ce qu’elle fait, c’est sa façon de te montrer comment bien se débrouiller, et puis si elle est en danger, elle ne risque rien, puisque elle est très bien entourée, d’abord par toi, qui te soucis d’elle, puis tous ses amis toujours prêts à lui porter secours en cas de danger, sans oublier, pour te rassurer encore plus, dans ta ferme vous êtes tous en sécurité, vous avez un bon fermier qui vous protège et prend tous les jours soin de vous !
– hého, Koukïn ! Merci pour l’autre jour, j’ai pas eu le temps de te le dire, j’étais trop pressée de retrouver mon bébé, il est toujours inquiet pour tout, tu pourrais pas le rassurer un peu, toi qui sait tant de choses ?
– c’est fait petite Chèvre, c’est fait…

Crédit photo : Marie Moulin

Mes Grandes Copines

Mes Grandes Copines

Publicités