Pour la prairie, c’est bon, j’y suis allé deux fois de suite, aujourd’hui je vais dans la forêt, je vais courir entre les arbres, j’adore faire du gymkhana, mais il faut être prudent, je ne vais pas aller trop vite, car une fois ça a été fatal, je me suis cogné à un arbre, résultat : une belle bosse !
Je cours pendant un long moment et hors d’haleine, je décide de me reposer un peu, je me couche au pied d’un gros Chêne, c’est pas mon ami le Chêne, lui il est plus au sud, mais un autre Chêne, il lui ressemble beaucoup, car je vois de nombreuses cavités dans son tronc. Puis j’entends un psss… psss…
– qui est ce qui fait psss ?
– c’est moi, lève la tête, tu me verras au bord d’un trou dans le tronc de cet arbre.
– ah oui, je te vois, tu es un Ecureuil ?
– exact, mais un Ecureuil trop gros.
– pourquoi tu dis une telle chose, tu es complexé, c’est pour ça que tu restes dans ton trou ?
– non pas du tout, gros, pas gros, ça m’est égal du moment que je vais bien, j’ai seulement un petit problème à cause de ça, mais d’abord promets moi que tu ne te moqueras pas.
– promis, parole de Koukïn !
– et bien voilà, je suis venu hier dans ce trou et j’y ai découvert tout un tas de nourriture, je me suis goinfré comme pas deux, j’ai beaucoup, mais beaucoup mangé, et ce matin en me levant et voulant sortir de ce trou : impossible, je passe plus !
– ah, ah, ah ! C’est trop drôle, ça va être dur de garder un tel secret, c’est si marrant que je me serais régalé à raconter ça à beaucoup de monde. Mais tu as ma parole, je ne dirai rien, et pour sortir de là, attends deux ou trois jours, tu vas mincir et passer à nouveau, et t’inquiètes pas, avec ce que tu as emmagasiné tu ne risques rien, il te manque juste un peu d’eau, je t’en apporte tout à l’heure, et pas de soucis je suis sûr de te trouver !

Crédit photo : Denis Girard

L'Ecureuil trop Gros

L’Ecureuil trop Gros

Publicités